Commissariat :
Célia Bernasconi

Musée Jean Cocteau
Quai Napoléon III
06500 Menton
T 04 93 57 72 30
www.menton.fr

Palais de l’Europe
8 Avenue Boyer
06500 Menton
T 04 92 41 76 66
www.menton.fr

Du 24 juin au 10 octobre 2011

L’exposition sera accompagnée
d’une programmation
d’oeuvres vidéo choisies
par Documents d’artistes


Ouvert tous les jours
sauf le mardi et les jours fériés,
de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Eric Duyckaerts et Jean-Pierre Khazem, The Dummy’s Lesson, 2000, Collection FRAC Languedoc- Roussillon, © Eric Duyckaerts

Eric Duyckaerts et Jean-Pierre Khazem, The Dummy’s Lesson, 2000, Collection FRAC Languedoc- Roussillon, © Eric Duyckaerts

Musée Jean Cocteau
Montrer sa nuit en plein jour

A l’automne 1959, Jean Cocteau tourne Le Testament d’Orphée (sous-titré Ne me demandez pas pourquoi) dans les carrières des Baux de Provence et aux Studios de la Victorine à Nice. Revendiquant le droit à une création totalement libre et sans sujet, l’artiste se filme errant dans l’espace et le temps de son oeuvre, en quête d’une improbable identité. En guise de prologue à son film, il livre aux spectateurs un legs oraculaire : « Mon film n’est pas autre chose qu’une séance de strip-tease, consistant à ôter peu à peu mon corps et à montrer mon âme toute nue. Car il existe un considérable public de l’ombre, affamé de ce plus vrai que le vrai qui sera un jour le signe de notre époque. »

Résonnant comme un écho au film-manifeste de Cocteau, dont se réclameront les principaux protagonistes de la Nouvelle Vague du cinéma français, les oeuvres vidéo de l’exposition convergent vers cette mise à nu symbolique de l’artiste. Dans une confrontation troublante avec leurs doubles, les artistes mettent en jeu leur propre identité et nous invitent à repenser le statut de l’oeuvre filmée, navigant entre réalité et fiction. Brice Dellsperger, Eric Duyckaerts, Virginie Le Touze et Ian Simms se placent face caméra et endossent dès lors la fonction assignée par Cocteau à la poésie : Montrer sa nuit en plein jour.