Les lieux d'exposition
Centre d'Art La Malmaison

Liens
www.moyapatrick.com

Fresque La Civilisation Moya : Patrick Moya travaillant au Centre d’art La Malmaison, avril 2011
© Olivier Calvel

Fresque La Civilisation Moya : Patrick Moya travaillant au Centre d’art La Malmaison, avril 2011 © Olivier Calvel

Patrick Moya

Patrick Moya est né à Troyes en 1955. Il arrive à Nice à l’âge de 15 ans. C’est à la villa Arson de Nice qu’il a fait ses études d’art (1974-1977). Il quitte la villa Arson au bout de trois ans, pour devenir "modèle nu aux beaux-arts", dans le but de "satisfaire, dit-il, son narcissisme". Un métier qu'il exercera durant dix ans, et qui lui laissera le loisir de peaufiner sa théorie sur le rapport du créateur et de sa créature et sur la place de l’artiste dans notre monde de communication globalisée. Basé à Nice, Moya "s'exporte" bien : on trouve ses sculptures monumentales à Londres, Taïwan ou en Corée du Sud et ses peintures chez de très nombreux amateurs d’art et autres collectionneurs du monde entier. Durant ses études, il est marqué par les théories de Macluhan et de son «village global», et s'interroge sur les changements apportés à l’histoire de l’art par les nouveaux médias. Persuadé que l’univers numérique, alors à venir, allait mettre à mal les notions de copyright et de droits d’auteur, il tente de fixer l’artiste au centre de l’œuvre : "avec les médias d’ubiquité, comme le direct à la télévision, le créateur n’a plus le temps de raconter l’histoire de l’art ; il doit, pour exister, devenir créature".
Le parcours de Patrick MOYA le mène de la génération punk des années 70 aux grandes performances de rue des années 80, pour devenir l’artiste polymorphe et multimédia que l’on connaît. Echappant volontairement aux classifications, il tente de sortir du cadre contraignant de l’art contemporain, se positionnant dans un équilibre instable entre kitsch et avant- garde. Avec cependant un fil directeur : affirmer la présence de l’artiste dans l’œuvre.