Les lieux d'exposition
Musée national Pablo Picasso
Galerie Catherine Issert

Liens
www.documentsdartistes.org

AICHA HAMU
2010 – Sans titre 
Cuir rouge et matériaux divers
Dimensions variables
Installation en cours de réalistation  pour la chapelle Picasso à Vallauris dans le cadre de la manifestation de l’ACCA
© A.HAMU
Courtesy Galerie Catherine Issert, Saint Paul

AICHA HAMU 2010 – Sans titre Cuir rouge et matériaux divers Dimensions variables Installation en cours de réalistation pour la chapelle Picasso à Vallauris dans le cadre de la manifestation de l’ACCA © A.HAMU Courtesy Galerie Catherine Issert, Saint Paul

Aïcha Hamu

Aïcha Hamu est née en 1974, à Avignon. Elle vit et travaille à Nice. Après ses études à la Villa Arson à Nice, l’artiste se lance dans une carrière artistique au début des années 2000. Son œuvre assure d’emblée, dans le domaine de la représentation, la tension entre deux attitudes apparemment opposées : celle de la projection imaginaire et celle de l’incarnation. Sur le premier versant de son œuvre s’inscrit une série de propositions qui vont de la production d’objets intime jusqu’à des installations réalisées «in situ» à l’échelle quelquefois géante des espaces qu’elle investie. Cette diversité des situations et des présentations du travail est cependant intimement articulée par une relation très particulière à l’idée du dessin qui sous-tend toute l’œuvre depuis ses débuts. Sur l’autre versant de son œuvre, celui de l’incarnation, Aïcha Hamu est chanteuse et bassiste dans le groupe rock électronique Alpha-60. Ici encore, nous sommes dans le domaine de l’image où l’artiste utilise son corps, sa gestuelle, sa voix, dans une version spectaculaire et presque cinématographique de la performance et où l’on peut repérer certains accents de son œuvre visuelle. L’expérience intime de ce qui est scénique dans la représentation donne à son œuvre une qualité singulière notamment avec la problématique de l’environnement global qu’elle explore avec ses installations grandioses.

Entretien vidéo avec Aïcha Hamu  →