L’Art contemporain et la Côte d’Azur, un territoire pour l’expérimentation : 1951-2011
Présentation de la manifestation

L’histoire nous apprend que depuis longtemps, les artistes aiment à se regrouper dans telle ville, telle région pour y vivre et y travailler. Dans les siècles passés, les grandes capitales européennes virent naître de grands maîtres qui furent rapidement rejoints par d’autres artistes. Attirés par la renommée de certains ateliers, stimulés par le dynamisme de la cité, de nombreux artistes venaient profiter de l’émulation de ces villes. Paris au début du xxe siècle, Rome au xviie siècle, Florence, venise ou Sienne encore avant sont des exemples historiques bien connus.

D’une certaine manière, la Côte d’Azur, depuis plus d’un siècle joue semblable rôle. Elle fut et reste ce grand atelier décrit par le célèbre historien de l’art André Chastel. Fréquentée dès la fin du xixe siècle par les artistes impressionnistes ou néo-impressionnistes (Monet, Renoir, Signac, vallotton), la Côte d’Azur n’a, dès lors, jamais cessé d’accueillir les artistes. Matisse, Picasso, Bonnard, Picabia, Magnelli, Léger, Chagall mais aussi, Soutine, Dufy, Arp, Masson, cent autres encore en cette première moitié du siècle, vinrent s’y installer et y travailler, un temps seulement ou définitivement. Depuis la Seconde Guerre mondiale, d’autres artistes sont venus, ont ouvert un atelier et ont poursuivi leur oeuvre. Dubuffet, Sutherland, Hartung, Burri, Malaval sont quelques-uns de ceux-ci. D’autres, comme Kelly ou Calder, ont ressenti le fort impact de la région et au cours de plus brefs séjours, l’ont consigné dans leur oeuvre.

Aujourd’hui, la Côte d’Azur, riche de ce passé, riche de ce que les artistes y ont laissé, riche également des nombreuses institutions que leur présence et leur générosité ont fait émerger, est plus que jamais un territoire propice à la création. L’exposition L’Art contemporain et la Côte d’Azur, un territoire pour l’expérimentation, 1951-2011 entend rendre compte de cette exceptionnelle réalité, en présentant les oeuvres de plus de trois cents artistes qui, depuis le début des années 1950 et au cours des décennies qui ont suivi, ont continué ou entamé leurs recherches dans les différents domaines de la production artistique. L’ensemble des techniques, habituelles ou nouvelles, objets d’une application normale ou, au contraire, objets de transgressions fertiles est présent dans cette ambitieuse manifestation. Les oeuvres des peintres et des sculpteurs, des photographes et des vidéastes, des performeurs ou des artistes plasticiens du son sont exposées dans différents lieux, offrant ainsi un parcours éclairé sur ce qu’est la production artistique sur un territoire si ouvert aux expérimentations les plus diverses. Les seuls noms d’Arman, Klein, César, Raysse, Filliou, Brecht, Dietman, Hains, Ben, Dupuy témoignent de cette remarquable spécificité azuréenne. Ceux de Pagès, Dolla, viallat, venet doivent aussi être mentionnés car leur présence est décisive, notamment pour l’engagement pédagogique de certains d’entre eux. L’enseignement, celui, entre autres, de Fredrikson, Duyckaerts, Ramette ou de Mouton, est une donnée décisive pour de jeunes artistes formés par eux. Figarella, Broccolichi, Pinaud, Pugnaire, Raffini, Robbe, Hamu, Maguet ont tous bénéficié de ces savoir-faire.

Une telle dynamique, active depuis tant de décennies, méritait bien d’être mise en évidence. L’exposition visible jusqu’à novembre 2011 dans 8 musées ou centres d’art et dans quelques 40 autres espaces d’exposition répartis sur le territoire de la Côte d’Azur offre à voir un panorama artistique sans égal nulle part ailleurs.
 
Maurice Fréchuret
Président de l'association l'Art contemporain et la côte d'Azur
Directeur des musées nationaux du xxe siècle des Alpes-Maritimes